Lot VE28 Bis Ambohijatovo - Tél : +261 34 07 807 71 - 34 93 520 65

Actualités

Découvertes, Ballades, Excursions, News, Promos
5 Juil

Le zébu vous tient par les cornes

Autrefois, symbole de la royauté, le « zébu » (omby en malgache) est synonyme de richesse à Madagascar. Dans la région du Sud et Ouest de l’île, il n’est pas rare de croiser d’immenses troupeaux car le zébu est au paysan de la Grande Ile ce que le tracteur est à l’agriculteur réunionnais.

Le zébu dans la tradition malgache
Dans d’autres ethnies malgaches comme l’ethnie Bara (au sud du pays), connue pour leur solidarité et leur attachement à leur origine, leurs terres, et surtout à leurs zébus, la coutume oblige que les hommes doivent voler des bœufs et une fois appréhendés, vont tout de suite en prison. Selon eux, avoir réalisé un vol de bœufs et plus encore, avoir été emprisonné pour un tel acte, constitue une marque de courage, un exploit et un défi réalisé envers sa famille et la société. L’élevage de zébus prend une autre visée dans les autres régions de la Grande Ile. A Tuléar, dans la partie sud du pays et dans les régions sud-est de la province de Fianarantsoa, les zébus sont surtout utilisés lors des rituels coutumiers comme le décès, la circoncision ou le mariage. Plus la famille possède un cheptel bovin, plus la société la considère comme riche et bénéficie d’une notoriété incomparable. Lors des cérémonies traditionnelles et coutumières comme l’exhumation et le mariage, le nombre de zébus tués et partagés aux convives indique la notoriété de la famille du défunt et de son rang social.

Le Barea
Le Barea est un type de zébu provenant de la région de Marambitsy, Melaky . Le zébu occupe une place prépondérante dans la vie des malgaches au point de nommer l’équipe nationale du football « BAREA » depuis 2005. L’équipe porte bien son nom et tout le pays est aujourd’hui dans l’effervescence car l’équipe a atteint les huitième de finale de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations) organisée en Egypte…

Lutter contre les dahalo
Malgré la tradition, des usurpateurs en profitent pour voler des zébus et faire régner l’insécurité. Les provinces de Mahajanga, Toliara et Fianarantsoa sont parmi les zones qui en pâtissent énormément. En 2017, 30 000 zébus avaient ainsi été volés. En cinq ans, les affrontements entre les voleurs de bétail, les dahalo, et les villageois défendant leurs biens ont fait 4 000 victimes. Près de 10 000 dahalos ont été arrêtés par la gendarmerie malgache.
Comment enrayer le phénomène ? Genius Technology Compagny (GTC) pense avoir trouvé la solution. Cette start-up malgache implantée dans la Grande Ile depuis 2009 conçoit des produits à la pointe de la technologie à la croisée de l’informatique, des télécommunications, de la robotisation et de la micro-électronique. GTC a commencé à travailler en 2010 sur le projet Omby Madio, une puce électronique installée sous la peau de l’animal permettant de géolocaliser les zébus. Elle combine d’une part une technologie pour l’identification et la traçabilité des bovidés et un GPS permettant la localisation des animaux et leur déplacement en temps réel, ce qui devrait compliquer les exactions des dahalo et faciliter le travail de la gendarmerie. GTC a dû batailler pour défendre son invention face à des concurrents peu scrupuleux. La société a déposé un brevet auprès de l’Office malgache de la propriété industrielle et a été retenue en septembre 2018 par le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Neuf millions de zébus seront à terme équipés de cette puce électronique et l’expérimentation du dispositif a commencé.

A la rencontre du zébu
Vous souhaitez côtoyer de plus près les zébus pendant votre voyage dans l’île? Vous pourrez expérimenter des promenades en charrette, dans le Sud à Ifaty par exemple ou assister à un savika du côté d’Ambositra. C’est une espèce de corrida qui consiste à lutter à mains nues contre un zébu, en s’agrippant à la bosse ou aux cornes de l’animal. Le but n’est pas de blesser ni de tuer l’animal, mais de prouver sa propre force. Vous pourrez aussi participer au « marché de zébus » à 480 km de la capitale, à Ambalavao . Se retrouver au milieu de cette effervescence est assez impressionnant. Chaque éleveur arrive avec son troupeau de zébus qui sont ensuite mis dans des enclos pour procéder à la vente. Chaque bête est scrutée minutieusement avant la transaction. Une expérience qui vaut le détour.

Laisser un commentaire